En MPTS, le concept de schizophrénie, et plus globalement de “troubles mentaux”, est sans importance puisqu’il s’agit d’une manifestation (parmi d’autres) d’un dysfonctionnement psycho-émotionnel global. En outre, il est intéressant de dénoter que la classification des troubles mentaux ne repose pas sur des bases scientifiques tangibles, mais sur des observations subjectives de symptômes comportementaux.

Grâce au travail d’assouplissement et d’étirement des chaînes musculaires et des fascias, assisté du Souffle profond, le cerveau retrouve une certaine plasticité cérébrale. Du coup, l’expression mentale se détend également et favorise ainsi la possibilité de se “reconstruire” sur le plan identitaire.

Chaque séance est profitable, tant sur le plan physique que psychologique, mais il est impossible de définir une durée de traitement, car entre en jeux, les résistances morpho-psychologiques propres à chaque individu. Certaines personnes sont en effet plus résilientes que  d’autres, et cela se ressent au niveau du traitement.

 

En ce qui me concerne, j’avais débuté mon traitement en automne 1994 à raison de 2 rencontres mensuelles. En été 1995, les voix (hallucinations auditives) disparurent, ainsi que d’autres symptômes positifs de ma maladie.

J’estime cependant ma guérison effective, avec la disparition des symptômes négatifs, aux environs de l’été 1999, ceci avec des rencontres de plus en plus  espacées. (env. 1 trimestrielle).

A ce jour (sept. 2021), je n’ai pas assez de recul pour évoquer des résultats radicaux sur mes patients sur le plan psychologique. Par contre, ceux qui persévèrent se sentent plus souples, plus détendus et globalement plus sereins.

Afin de ne pas engendrer des espoirs inutiles, je précise que je reçois à mon domicile, en Suisse, près de Lausanne. J’envisage une formule de formation aux postures (4 heures sur une journée) qui pourra être pratiqué ensuite chez vous de manière autonome. Celle-ci sera disponible dans le courant 2022.